Info Risk - Drogues légales / Médicaments

Conduites dopantes - produits dopants

 

Très souvent, nous associons les conduites dopantes au monde du sport et de la compétition.

Néanmoins, une conduite dopante représente une consommation de produits afin de franchir, de surmonter un obstacle réel ou ressenti et/ou améliorer ses performances, physiques, intellectuelles, ou artistiques etc.

Certains étudiants prendront occasionnellement des vitamines en période d'examen mais il ne s'agit pas là de la même chose qu'une personne prenant des produits de manière régulière.

La consommation de produits dopants devient problématique lorsque celle-ci est régulière et/ou à forte dose.

Les produits dopants peuvent être:

Les stimulants. Les amphétamines, la cocaïne, et d'autres produits dérivés sont des stimulants. Leur consommation a pour objectif d'accroître la concentration et diminuer la sensation de fatigue. Le danger est que ces produits peuvent engendrer des problèmes psychiques. De plus, en ne ressentant pas ou moins la fatigue, la personne peut dépasser les limites que lui impose son corps, ce qui va l'emmener jusqu'à l'épuisement, voir la mort.

Les anabolisants. La majorité de ces produits contient des dérivés de la testostérone (hormone mâle). Ceux-ci développent les tissus de l'organisme: les muscles, le sang, etc. Ils permettent d'augmenter la force, l'endurance, l'agressivité, la vitesse de récupération. Selon les doses consommées, ces produits provoquent des maux de tête, des saignements de nez, des tendinites, des déchirures musculaires, de l'acné majeure, des troubles du foie pouvant évoluer vers des cancers et des troubles cardiovasculaires pouvant entraîner le décès.*

Une dépendance physique peut aussi être la conséquence de leur consommation.

Les gluco-corticostéroides. Ces produits sont des « anti-fatigue » qui permettent de ne pas ressentir des douleur face à l'effort, que le corps ne supporterait pas en temps normal. Les dangers liés à leur consommation est de l'ordre de blessures musculaires, fatigue chronique, troubles cardiovasculaires pouvant mener jusqu'à la mort. Leur consommation peut aussi entraîner une dépendance physique.

Les narcotiques. Ces produits ont pour effet d'assoupir et d'engourdir la sensibilité. Les risques liés à leur consommation sont notamment la dépression respiratoire, l'accoutumance, la diminution de la capacité de concentration et de coordination.

 
Les bêtabloquants. Ces produits réduisent le rythme cardiaque, le cœur bat plus lentement. Certains les consomment pour leur effet antistress. Néanmoins ceux-ci donnent une impression de fatigue continuelle, engendrent des problèmes d'impuissance sexuelle, des chutes de tensions artérielles, et la dépression.

* Tiré du site Internet « Drogues et dépendance »


Site français: Drogues et dépendance

 


Médicaments prescrits et/ou auto-médication

Les médicaments sont généralement prescrits ou achetés en pharmacie afin de guérir des maladies ou soulager des maux.

Certains de ces médicaments sont des médicaments psychoactifs, ce qui signifie qu'ils ont pour utilité d'atténuer ou de faire disparaître des souffrances psychiques: dépression, anxiété, etc.

Les anxiolytiques ou tranquillisants, les somnifères ou hypnotiques, les neuroleptiques ou antipsychotiques ou les antidépresseurs font partie des médicaments psychoactifs.

Ceux-ci sont prescrits par un médecin qui va déterminer la durée et la posologie (la dose) que le patient devra suivre. Utilisé correctement leur consommation est contrôlée et ne met pas la personne en danger.

Il est donc important de suivre les indications de son médecin et de ne pas changer la manière de prendre son traitement de son propre chef.

L'automédication afin de palier à des difficultés personnelles, l'augmentation de la consommation, ou le contournement de l'utilité première, peuvent en revanche présenter des dangers. On parle dans ces cas de toxicomanie médicamenteuse.

On peut mettre en exergue trois types de toxicomanies médicamenteuses:

  • toxicomanie médicamenteuse avérée : Celle-ci concerne tous les types de médicaments, la personne est « obsédée » par sa consommation, proche de la dépendance. On peut constater une alternance entre les moments de consommation contrôlée et des moments de consommation excessive. Il est souvent difficile de distinguer les différentes motivations: recherche de l'oubli, recherche du sommeil, soulagement de l'anxiété, recherche de plaisir ou de volupté,... *

 

  • toxicomanie médicamenteuse chez les pharmacodépendants : Dans ce cas les médicaments sont associée à d'autres drogue dans l'objectif d'en augmenter leurs effets ou pour mieux gérer la « descente ».

 

  • toxicomanie médicamenteuse méconnue : Ici, les médicaments sont prescrits par le médecin. Pour diverses raisons le médecin va accorder un nouveau traitement ou un traitement plus fort au patient. Nous parlons d'escalade médicamenteuse. La situation se complique lorsque patient fait lui-même ses mélanges, associe diverses ordonnances d'un ou plusieurs médecins, soit disant dans un but thérapeutique. [...] La personne consomme de façon rituelle des quantités considérables de médicaments. 

     

Pour terminer, l'association de n'importe quels médicaments , psychoactifs ou non, à d'autres substances psychoactives, telles que l'alcool, d'autres médicaments ou d'autres drogues peut être réellement dangereux. Chaque association peut aboutir à des effets différents et ces derniers seront aussi influencés par la « sensibilité » de la personne.

 

* tirée du site Internet « Conseils, Aide et Action contre la Toxicomanie »


Site français: Conseils, Aide et Action contre la Toxicomanie