Info Risk - Sexualité / VIH/SIDA

Le VIH/SIDA?! Quelques chiffres et rappels

 

En Suisse, 25'000 personnes vivent avec le VIH et le Sida.

750 personnes sont diagnostiquées séropositives chaque année.

Dans la population suisse de 15 à 49 ans, le taux de personnes infectées par le VIH est de 1 personne sur 170.

Le VIH – Virus de l’Immunodéficience Humaine, est l’agent responsable du SIDA – Syndrome d’Immunodéficience Acquise.

Pour expliquer de manière simplifiée, le virus VIH entre dans ton organisme et va détruire ton système immunitaire. Ton système immunitaire t’est utile tous les jours pour combattre la multitude de microbes que ton corps rencontre. Ce qui signifie que si ton système immunitaire est affaibli, ton corps ne parviendra pas à se protéger.

Lorsque l’on dit d’une personne qu’elle est malade du SIDA, cela signifie que le virus VIH s’est si bien développé qu’il a détruit la plus grande partie des défenses du corps. Dans ce cas, la personne attrape toutes les maladies dites opportunistes et le corps s’épuise complètement. La personne finit généralement par décéder de plusieurs maladies et d’épuisement.

Le virus du VIH est très discret. Dans un premier temps, peut-être durant plusieurs années aucun signe apparent ou symptôme n’est détectable ou visible. Pourtant il est là et il est déjà transmissible.

Quelles sont les différentes voies de transmissions ?

  • lors d’une relation sexuelle non protégée : par voie vaginale, anale et orale (par la bouche)
  • par l’échange de seringue
  • par voir sanguine
  • de la mère à l’enfant durant la grossesse ou durant l’accouchement (ceci peut aujourd’hui être évité en Suisse si le médecin a connaissance de la séropositivité de la mère)

Le Sida est incurable et est mortel. Aucun vaccin n’existe de plus il est transmissible. Il faut donc impérativement se protéger.

Certains groupes sont considérés comme plus fragiles face à ce virus.

  • Les personnes toxicomanes (bien qu’il soit le groupe qui a le mieux intégré les mesures de prévention)
  • Les pays défavorisés sont plus fortement touchés pour des raisons de moyens financiers, par manque de préservatifs et de moyens de prévention pour informer la population.
  • Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, ainsi que les hétérosexuel(le)s ayant des pratiques sexuelles anales, sont également plus exposées au risque.
  • Les femmes sont aussi plus fréquemment touchées.

Il est néanmoins important de retenir que le VIH/SIDA concerne tout le monde. Les jeunes, les moins jeunes, les directeurs, les ouvriers, les suisses, les étrangers, toutes les couches sociales, toutes les générations et communautés peuvent être touchés par le Sida.

La meilleure protection contre cette infection sexuellement transmissible, comme pour d’autres IST, est le préservatif.

Utiliser les règles du Safer Sex :

  1. Pas de pénétration vaginale ou anale sans préservatif (masculin ou féminin).
  2. Pas de sperme, pas de sang dans la bouche
  3. Consulter un médecin en cas de démangeaison, d’écoulement, de brûlure ou de douleur dans la région génitale.

Prends du plaisir et protèges-toi !

Et si dans le feu de l’action je ne me suis pas protégé ou si le préservatif s’est déchiré ?!?! Nous te proposons de lire les articles classés dans la rubrique « préservatif ».

 


Le VIH/SIDA & tatouages et piercings

 

Il n’existe pas de formation reconnue des tatoueurs et pierceurs. Ils sont soumis au devoir de diligence. C’est-à-dire qu’ils doivent prendre toutes les précautions afin de prévenir la transmission des infections mais cela ne veut pas dire que tous s’y soumettent !

Les tatouages : Le tatoueur travaille sur le corps. Il peut être en contact avec le sang ou des sécrétions qui en contiennent. C’est pourquoi il y a risque d’infection (SIDA). Il doit donc prendre des précautions en utilisant du matériel à usage unique : gants, aiguilles, etc. Il doit désinfecter et nettoyer de manière régulière les meubles, les outils, les espaces et son matériel. Après un tatouage, les antibiotiques et les produits à base de cortisone sont à bannir ! La vaseline doit être appliquée avec une bande de gaze.

Ainsi, il est déconseillé de se faire tatouer ou piercer dans les manifestations. L’hygiène ne peut pas être assurée à 100 %. En plus, dans une fête les gens ont plus tendance à se faire tatouer ou piercer sur un coup de tête ; mieux vaut l’éviter, histoire de ne pas le regretter le lendemain.

Les piercings : Il existe beaucoup de risques d’infections liées au piercing suivant où il est effectué.

 

Partie du corps piercée

Risque d’infection en %

Risques et désagréments

Nombril

40%

Zone de macération

Oreilles

35%

Lésions du tissu cartilagineux

Nez

12%

Muqueuses fragiles

Mamelon

5%

Peau très fine, frottements des vêtements

Langue

8%

Gonflement, altération du goût, paralysie, détérioration massive des dents et gencives

Paupières

8%

 

Parties génitales

8%

 

Les infections peuvent être plus ou moins graves : staphylocoques, streptocoques, septicémie, endocardite, VIH, hépatite B et C.

C’est pourquoi il faut vérifier que le pierceur désinfecte l’emplacement de l’opération, utilise du matériel à usage unique et des aiguilles stériles.

Les pierceurs doivent suivre une directive sur l’hygiène. En effet, le piercing n’est pas une opération anodine, cela relève de la chirurgie. Un label de qualité sur la porte du magasin prouve que le pierceur est en règle.

Ne prends pas ceci à la légère, prends ton temps avant de prendre une décision et choisi bien ton tatoueur ou pierceur!

 


Bravo les jeunes pour votre comportement exemplaire !

 

En Suisse, les jeunes ont une assez bonne connaissance des risques et des comportements à adopter en matière de VIH/sida. Les jeunes ayant une vie sexuelle active se protègent actuellement mieux que les adultes. Continuons sur cette voie ! Si des doutes surgissent, informez-vous sur des sites spécialisés ou confiez-vous à votre médecin.